Pouin, pouin, pouin, pouiiiiiiin! Ça y est Chouquette a ouvert les hostilités. Ça faisait déjà quelques semaines qu’on ressentait les prémices de la révolte, mais là il n’y a plus de doutes, la phase d’affirmation est belle et bien là.

Si tu speak un peu l’english t’as déjà du entendre parler du (prendre une voix grave et tonitruante) « Terrible Two »… Moi j’y croyais moyen à cette phase critique qui se déclenche en général dans l’année de leur deuxième anniversaire. Chouquette a toujours eu son p’tit caractère (du genre à pas prendre avec des pincettes): elle sait ce qu’elle veut au moment où elle le veut quoi! Mais de là à dire qu’elle allait se transformer en dragon du jour au lendemain, non, ça m’a toujours laissé dubitative.

Non, effectivement, ça n’a pas été si soudain. Mais progressivement (et sans se bâfrer de Frosties) elle a réveillé le tigre qui était en elle…Et ça se caractérise de quelle façon?

A chaque question, sa réponse : NON!
Tu viens on va au bain? NON! Tu vas aller faire un p’tit dodo? NON! On va changer la couche? NON! On va chez nounou? NON! Tu viens me faire un bisous? NON!
Le « oui » on l’entendra en échange d’un bout de « gato » ou de « locolat » seulement. Sympa la crise du non, hein!

A chaque frustration sa colère.
Y’a plusieurs degrés sur l’échelle de la colère. Il y a la plus simple, courte et efficace: le NON! hurlé de façon stridente et sans sommations. Il y a la progressive: mine déconfite, chouineries, grosses larmes, bouche en cul de poule et de magnifiques bouhhouhouh! Et pour finir l’auto-destructrice: cris, pleurs, trépignage, agrippage de tout ce qui est à porter de main (les coussins, son doudou, mes cheveux…) coups de poings, coup de boules (double kick, triple lutz piqué) et le finish se fait souvent à plat ventre sur le sol, tout ça avec un volume sonore allant crescendo.  C’est BON-HEUR j’te dis! (et on n’a pas encore testé au supermarché).

Bétise n°3589

Bon dans notre malheur, nous avons la chance d’habiter dans un pavillon, donc les voisins du dessous ne se plaignent pas trop. De toute façon y’a pas what mille solutions, en cas de grosse crise, je la pose au milieu de la pièce loin de tout objet potentiellement dangereux et j’attends qu’elle se calme d’elle même… en général en 2 minutes c’est réglé et on passe à autre chose, suffit de le savoir.

Et parce qu’à chaque truc pourri il est censé t’arriver un truc chouette dans la vie on a aussi droit à une Chouquette qui réclame maintenant des « coalin » (oui elle a l’accent de chez nous j’y peux rien) et qui partage ses gateaux préférés volontiers avec nous ou avec son doudou.

Alors à 18 mois elle est pas belle la vie?