Month: novembre 2015

Bonjour, je m’appelle Amélie, j’ai 32 ans, je ne suis à la base pas très
fan du « unicorn way of life ». C’est vrai quoi, j’en ai un peu ras la
crinière des émoticônes licornes sur facebook, des nanas qui se colorent
les cheveux en rose et en bleu, des images de cheval à corne qui pète
des paillettes et qui démoulent des cupcakes arc en ciel. Et puis, j’ai
croisé son regard de biche, elle a hoché la tête, je lui ai fait une
gratouille sur le dos et j’étais perdue, je l’ai tout de suite voulu.


Elle s’appelle StarLily et elle est tellement choupie qu’on n’y résiste pas.

Je
suis tombée amoureuse de ses grands yeux en septembre, lors d’un salon
présentant les dernières nouveautés en matière de jouets. Et j’aurai pu
me dire « whoaaaaa! ça plairait trop à ma petite fille! » et je me suis
dit « whoaaaaa! je la veux pour moi! »

Je défie quiconque de rester insensible à l’attitude de cette petite boule de poil en polyester, à ses petits bruits métalliques et à ses battements de cils mécaniques. Elle ne coûte pas cher à nourrir, elle demande juste un peu d’attention et elle vous le rend tellement bien. Parce que pendant que tu t’occupes d’une licorne, tu ne penses plus à rien. Cette licorne devrait être remboursée par la sécurité sociale, tellement elle te fait oublier les soucis du quotidien.


Le principe est un peu celui du Tamagoshi en mieux, en plus réel, sans les poops à ramasser (faut pas non plus déconner). Une fois StarLily sortie de son carton, on met les piles, on bascule le bouton sur « on » et on ne peut plus s’arrêter de la faire réagir, de la faire danser, de la faire battre des ailes, taper du sabot et hennir d’une façon si kawai! Je ne suis pas objectif, je suis fondue de cette licorne!

Et pour pousser l’interactivité à son paroxysme, on télécharge l’appli « StarLily, my magical unicorn » sur une tablette ou sur son smartphone (on change la langue), et on communique avec elle par le jeu. On déverrouille les niveaux et le monde virtuel rejoint le monde réel. C’est magique qu’on ait 32 ans ou 4 ans. L’application est disponible sur App store et Androïd.

StarLily fonctionne avec 4 piles LR14 (elles ne sont pas incluses donc il faut les prévoir au pied du sapin). On peut l’asseoir et l’allonger, pour ça il ne faut pas hésiter à replier ses pattes. J’avoue qu’au début, je n’osais pas, j’avais peur de la casser. Elle est très solide malgré tout. La seule chose à laquelle il faut veiller c’est de ne pas tirer sur ses ailes car elles sont articulées. Un petit livret de quelques pages explique d’ailleurs les quelques recommandations à suivre.

4 ans c’est l’âge parfait pour commencer à y jouer. Pour l’application sur tablette il faut un peu plus de dextérité, mais elle ajoute une autre dimension au jouet pour les petites filles plus grandes. Les jouets interactifs et connectés, c’est génial, j’adore! Moi même, je me laissée avoir et je me suis mise à parler à une licorne artificielle. (Voilà d’ailleurs une petite vidéo pour te montrer des petits exemples des réactions de StarLily à la parole, au chant ou à la musique)

 
Tu me diras que je suis bon public (et pas toute seule dans ma tête), mais c’est bon de ne pas perdre son âme d’enfant. StarLily c’est un jouet qui demande un certain budget. Je ne saurai pas te dire s’il est vraiment justifié, c’est un jouet coup de coeur, il n’a pas à proprement parler de vocation pédagogique, il existe surtout pour le plaisir de posséder une licorne et d’apporter un peu plus de mignonnerie dans l’univers de nos petites fées. A toi de juger si ton mini toi se laisserait attendrir par cette petite beauté aux faux cils violet pailletés.

Je pense que StarLily fera partie des musthave de Noël. Les petites filles et les mamans qui croient à la magie seront comblées.

Prix moyen constaté: 99,99 € 

Des semaines que j’essaie de te pondre un article drôle et j’en suis complètement infoutue. Je me sens comme ces humoristes qui font de l’anti-métier dans les pubs LCL. En fait je crois que je suis une grosse arnaque. Tu me diras que le contexte économico-politico-socialo-banal et sans huile de jojoba de ma vie privée […]

Continue Reading

Vendredi je n’ai ni croisé d’échelle, ni de chat noir, et je n’ai cassé aucun miroir. Malgré toute cette chance difficilement mesurable, la journée s’est déroulée dans des conditions acceptables. Oui j’avais des soucis, mais ils n’étaient pas pire que ceux du jeudi et ils allaient me paraitre bien insignifiants  samedi. J’ai fait ma forte […]

Continue Reading

La cuisine est un lieu un peu trop souvent réservé aux papas et aux mamans. C’est vrai qu’on a toujours peur qu’ils touchent à des trucs qu’il ne faut pas, qu’ils se coupent, qu’ils se brûlent, qu’ils explosent un paquet de farine sur le sol ou se renversent un litre d’huile sur les pieds. Moi […]

Continue Reading

Il y a quelques semaines j’ai testé pour toi : « devenir un grand chef! ». Oui un grand chef, chez moi, dans ma petite cuisine avec mes petits ustensiles. J’ai fait toute seule comme une grande, des plats à se taper le postérieur sur les tomettes de mamie Pierrette. Ai-je fait un stage de cuisine accéléré? […]

Continue Reading

Une semaine sur deux je suis une maman en veille. On ne peut pas être maman à mi-temps, quelque soit les conditions, le manque et l’éloignement, en garde alternée, on reste une maman à 100%. Quand elle n’est pas là, je ne suis qu’un ersatz de moi. Une maman qui vit sa vie d’avant, qui […]

Continue Reading