★Lifestyle

Et reprendre ses études à 34 ans + 1 enfant + 1 divorce c’est comment?

C’est comme se lever à 5h du matin, les yeux embués et l’estomac noué pour parcourir les trois heures de route qui me séparent de la rentrée.

C’est comme laisser sa vie derrière soi, au fur et à mesure que les kilomètres défilent.

C’est comme se renverser du café chaud sur la manche droite de son manteau.

C’est comme se trimballer ma thermos à 2 balles de chez Action choupie mais inutile parce qu’elle fuit.

C’est comme se tromper de sortie sur l’autoroute, de bâtiment et de salle de cours.

C’est comme avoir des gargouillis tenaces dans le ventre en arpentant les couloirs de la fac.

CYMERA_20171210_183626
C’est comme trouver une tête sympathique à qui on lance une vanne moisie pour se détendre.

C’est comme s’apercevoir que cette personne est prof… et responsable de notre formation…

C’est comme porter ses bottines trop fatiguées et se casser un talon.

C’est comme si on devait refaire toute cette opération séduction qu’on avait mis en place au CP, en 6ème, ou en seconde… mais avec plus de maturité.

C’est comme si ça me rendait plus jeune d’aller manger au RU alors que les dames de service ne comprennent pas pourquoi je ne mange pas, avec le gotha (aka les profs), dans la salle du bas.

C’est comme ramener ma panoplie de daronne, sourire carmin, jupe crayon et talons qui claquent, dans l’antre du jean/converse option pull lose et eastpack.

C’est comme se sentir plus assurée parce qu’on a plus d’expérience, parce qu’à nos grands âges on a déjà donné… alors qu’on a les mains moites, les jambes qui tremblent et l’irrépressible besoin de bégayer.

C’est comme être étudiante en plus « madame » mais avec les même appréhensions qu’il y a 15 ans.

C’est comme manger des « paninis omelettes » entre deux TD et trouver ça super bon.

C’est comme se taper des migraines de ouf après 9h de cours alors qu’on n’a pas fêter ça la veille, ni l’avant-veille, mais qu’on est juste vieille.

C’est comme loger dans un studio à 7 arrêts de bus de là et attendre une nuit pour que l’eau chaude soit chaude et que la douche inexistante du soir soit beaucoup plus funky le lendemain matin.

C’est comme se dire que les coquillettes/jambon après une bière c’est LA base d’une saine alimentation.

C’est comme sortir de sa zone de confort et se prouver que rien n’est acquis, que rien n’est interdit.

C’est comme repartir en arrière pour grandir un peu plus encore. C’est comme se sentir un peu plus fort!

Signature

La semaine dernière, j’ai dit à Elodie: « Il me faut un nouveau blog pour une nouvelle vie ». Non, je n’ai pas trouvé mieux pour l’aborder et capter son attention. Je suis comme ça moi, une nana abordable qui brise la glace avec des jeux de mots pas très chouettes et qui affectionne les références télévisuelles […]

Continue Reading

Ça peut paraitre bête mais je ressentais toujours ce manque… A l’instar d’une douleur fantôme, souvent, je frottais machinalement mon pouce à la base de l’annulaire gauche, celui qui avait supporté le poids de mon alliance pendant plusieurs années. Mon esprit avait oublié mais mon corps, à plusieurs reprises, s’en est  rappelé. Des petites bagues […]

Continue Reading

C’est une aventure pas banale, une décision pas anodine, une envie qui nous a pris mais une réflexion sainement mûrie. Puisque nous avions deux chez nous et que nous vivons désormais à trois dans la casa, nous trouvions trop bête de laisser le joli petit appart’ de Nino dans la solitude. Alors nous nous sommes […]

Continue Reading