Il faut que je te raconte une histoire, un truc qui m’est arrivé il y a quelques mois et dont j’ai gardé l’information précieusement… Pourquoi? La honte sans doute, la peur de briser un mythe surement.
Rappelle toi ce jour béni où je devais préparer un birthday cake au plus maling et au plus gourmang des chefs de France et de l’intergalaxie? Tout allait pour le mieux dans le plus parfait des mondes, mais pendant une journée à Paris, pleine de péripéties, même les princesses ne résistent pas à l’appel des toilettes quand elles ont abusé du champagne champomy.
J’ai donc momentanément occupé les water de notre ami Cyril. Une fois ma petite affaire finie, je remets mon collant de façon glamour et distinguée (et là toutes les personnes ayant enfilé un collant au moins une fois dans leur vie savent que c’est impossible), je remets en place ma petite robe, je me retourne et qu’est-ce que je vois posé au sol? Un bandeau. Mais pas n’importe quel bandeau, un bandeau de maquillage qui ressemble étrangement au mien.
Combien y’avait-il de possibilités qu’une fille utilise le même bandeau de maquillage que moi (vieux d’une bonne décennie) ( ouai je sais) (roooh toi aussi je sûre que tu te traines des antiquités), et qu’elle le laisse tomber dans les toilettes des ateliers de Cyril Lignac? Aucune!
Et voilà, tu as raison, AUCUNE chance!
Ce jour là, j’ai donc piqué un énorme fou-rire, seule, dans les toilettes quand j’ai compris que mon bandeau de maquillage avait du rester collé à mon arrière train, coincé dans mon collant depuis le petit matin.
Je suis une princesse en carton, mais je le vis bien… et toi une petite confession?