Avant de tomber enceinte de ma bébé j’avais encore une once d’insouciance (oui la vie de couple, le taf, les factures… tout ça, tout ça, ça entame déjà pas mal l’insouciance mais il m’en restait un peu). Bref, j’étais restée une grande gamine. Quand je me rêvait maman, je me voyais habiller mon futur petimoi dans des bodys trop choupis, le couvrir de bisous et je m’imaginais que ça serait trop le bonheur dans ma life.

Avant je ne pensais qu’à moi (et un peu à l’Homme aussi quand même), je ne vivais que pour moi, je ne m’occupais que de moi (et un peu de ses chaussettes pourrites aussi) et je ne me faisais pas trop de soucis pour moi-même à vrai dire. En tombant enceinte, c’était une de mes craintes : devenir gnangnante à souhait, ne plus prendre de temps pour moi, devenir (f)rigide et ennuyeuse au possible ambiance « maintenant t’es maman alors faut pas déconner ». J »essayais de me jurer de ne pas changer, sans trop me faire d’illusions, rapport aux changements opérés chez mes cop’s jeunes mummy.

Tout mais pas ça!

Et puis ma bébé est arrivée, et forcément TOUT à changé! Un bébé ça bouleverse toutes nos habitudes, toutes nos façons de penser et d’agir… même si on ne le voudrait pas autant. J’ai eu l’impression de ne plus être moi et à vrai dire c’est plus l’Homme qui me l’a fait remarquer…Depuis la naissance de ma bébé, j’ai observé plusieurs phases avant de retrouver un semblant d’équilibre:

Number 1:  La maman Louve
Bébé est né! Bébé est le roi et je ne suis qu’abnégation. Peut être que c’est différent avec un deuxième ou troisième enfant, qu’on est un peu rôdé…mais quand on est primi, à la sortie de la maternité on est au taquet! On ne veut que le bien être de notre nouveau dieu. Le reste n’existe plus et n’a plus aucune importance, on ne s’autorise aucune erreur…si si si!

Number 2: La maman Loose
Je ne suis que l’ombre de moi-même, le cheveux gras, le regard livide, des cernes énooooormes et les nerfs à fleur de peau. J’ai envie de tout balancer et de prendre l’air… je commence à réaliser l’ampleur des dégâts et mon état de friche. Je laisse pour la première fois l’Homme seul avec ma bébé et je file chez le coiffeur! (et racheter un paquet de couches). J’ai changé de tête, je me sens mieux mais je n’ai pas quitté mon portable des yeux.



Number 3: La maman wifi
Ma bébé a 3 mois et il est venu le temps de l’adaptation chez la nounou, en qui je place une énorme confiance. Mais on ne se refait pas, je flippe quand même. En fait les périodes d’adaptation ont été créées pour les mamans… heureusement j’ai une nounou super, adeptes des petit sms et mms rassurants. Je reste connectée.

Number 4: La maman maso (mais fière d’elle)
L’homme et moi on fête nos 10 ans de couple (et ouai!), ma bébé a 4
mois et nous décidons de la laisser pour la soirée et pour la nuit chez
ses grands parents, histoire de se boulotter un peu de foie gras dans un
cadre soigné, avec des serveurs attentionnés et de s’offrir une
grass’mat’. Je regarde mon téléphone toutes les deux secondes et demi et
en pleine nuit je me réveillerai à deux reprises complètement
angoissée. Le lendemain, les retrouvailles auront un goût de victoire.

Number 5: La maman warrior
Ma bébé s’est choppé la bronchiolite, la costaud avec les séances de kiné, la ventoline et tout le toutim pour plus de deux semaines (on remettra ça au moins deux fois dans l’hiver YOU-PI!) Du coup le microbe tu le crains, tu l’évites, tu le dézingues à coup de lingettes et de gel hydroalcoolique et tu te transformes en Monk. Je suis fatiguée, rapport aux petites nuits rythmées par les quintes de toux et les lavages de nez. Je prend à coeur mon rôle et j’essaie d’assurer les rdv chez le pédiatre, les passages à la pharmacie, les aller-retours boulot/nounou/kiné/nounou/boulot, les courses et autres joyeusetés du genre. J’y arrive, la confiance monte en moi.



Number 6: La maman in the city
La vie avec bébé est bien rôdée, tout le monde a pris ses marques, on est super organisé (presque quoi)… Je reprends goût aux sorties entre copines, je prend la peine de m’occuper vraiment de moi, j’ai repris plaisir à sortir ma CB et je m’octroie du temps pour mes passions modesques et surtout makupesques (comment ça, ça n’existe pas?) et puis je me lance dans un projet qui me tient à coeur: le blog.

Bien sûr il reste les impondérables qui angoissent toutes les mamans : les maladies, les p’tits bobos, les pertes de doudou… et le fameux « on ne sait jamais! » Et oui on aura beau mettre des protèges-prises, des bloques portes, des barrières de sécurité, les faire manger équilibré, les couvrir en hiver,  leur dire « non » et faire tout ce qui nous est possible pour eux, le « on ne sait jamais » poursuit la maman flippée nuit et jour.

Je suis un peu nostalgique du temps de l’insouciance mais je ne regrette pas d’avoir laisser ma vie de nullipare pour une vie pleine d’angoisses mais de tellement plus d’amour (paillettes et bébés licornes powa). Aussi flippée qu’on soit, il ne faut SURTOUT PAS s’oublier… ça met un certain temps mais il faut que la confiance revienne car rien ne vaut une maman épanouie pour le bien être de nos petinous mais aussi pour celui de l’Homme (qui morfle un peu beaucoup).