Pourquoi vouloir un enfant quand la vie te sourit, que la jeunesse est tienne, que la personne qui partage ta vie ne partage que la tienne? Non mais franchement, avoir un bébé c’est pas un truc de maso?

Pourquoi vouloir sacrifier tes soirées, tes grasses matinées, ton budget shopping, ton teint frais et pétillant?

On se l’demande… ou pas…

Je vais te raconter une petite histoire… Quand avec l’Homme on s’est rencontré, à l’époque où il était fou d’amour pour moi (hum) il voulait me faire des bébés, des tonnes de bébés… mais moi j’avais 18 piges, des études à finir, à avenir à tracer, alors je lui ai vite jeté un seau d’eau froide sur le slip.

Quand nos études ont été fini, quand nous avons enfin réussi à déjouer les pièges de la vie active et des fucking clauses de mobilité, nous avons pu nous installer, ensemble, dans notre chez nous et avoir des projets: acheter, maroufler, se marier, partir en voyage de noce, faire des fiestas, dormir le lendemain…  Là, pour moi, c’était LE moment! Ah ben oui mais pour lui, ça ne l’était plus du tout. Il avait mûri dans sa tête le bougre, il trouvait qu’on était bien tous les deux, que les enfants ça faisait beaucoup de bruit et énormément de tracas… J’étais dépité, il a fallu que je sois patiente et persuasive.

C’était sans compter sur la vie, cette garce, qui avait décidé de nous faire patienter encore un peu plus… et plus ce bébé s’éloignait de moi plus je le désirai, lui, un deuxième et peu être même un troisième. Je n’étais pas encore enceinte de Chouquette que j’avais déjà envie de me venger, de prendre une bonne grosse revanche sur la laïfe. Oui je suis du genre tête de mule, déterminée, toussa toussa… (mais sympa quand même hein!)

Ton humble serviteur enceinte de 7 mois (ouai j’ai pas fait semblant)

Et Chouquette est arrivée, elle nous comble de bonheur, elle est jolie et espiègle. Encore aujourd’hui j’ai l’impression que ce n’est pas possible, elle est trop top of the pop pour être vraie. Et pourtant c’est notre petite fille à nous, on l’aime d’un amour fou.

Voilà, l’histoire est si belle qu’elle pourrait s’arrêter là, mais justement elle est trop belle…tellement belle que ça serait magnifique si elle pouvait se répéter encore une fois.

Le désir d’enfant reste un grand mystère pour moi, ça vient du ventre, ça vient des tripes, c’est bestial et animal mais ça reste malgré tout un acte d’amour. Le hic c’est que suis humaine et douée de raison (quand même un peu roooh) et que cette décision ce n’est pas une décision à prendre seule. L’Homme ne comprend pas, il est heureux comme ça, point. Pourquoi rajouter un élément à notre famille, pourquoi se serrer un peu plus dans notre petite maison, pourquoi se rajouter du stress et des sushis soucis, des sources de disputes supplémentaires, pourquoi agrandir un peu plus encore le trou béant dans nos économies?

A ses questions pertinentes (mais vachement pessimistes quand même tu en conviendras) j’ai envie de lui répondre:
« Mais les autres le font bien, pourquoi pas nous? » Alors que je suis la première à dire que la vie de nos pairs ce n’est pas la notre et qu’on doit avancer avec, mais pas pour les autres.
« Mais c’est si mignon un bébé » Après quoi je me rappelle les trois premiers mois de Chouquette et je me dis que ce n’est vraiment pas le meilleur argument du monde.
« Parce que j’en ai envie! » Bonjour je m’appelle Amélie, j’ai 5 ans et à Noël je voudrai un Petit Poney arc-en-ciel, un popples arc-en-ciel et une poupée Blondine du pays de l’arc-en-ciel (80’s powa)
« Parce que j’en ai besoin! » Allo docteur, elle a pas eu sa dose de vergetures la p’tite dame.

Non, je ne sais vraiment pas comment le convaincre que ça va être fun et bigarré, vu que je n’en suis pas persuadée moi-même. Je sais juste que c’est ce que je veux, que mon histoire ne sera jamais complète sans une deuxième grossesse, sans un deuxième petit bout après qui râler. L’univers veut me faire faire des trucs de fou, j’en ai bien conscience, mais voilà je ne suis que sang, chair et hormones et je n’arrive pas à lutter. L’Homme a perdu cet instinct de reproduction, surement que cette fucking crise y est pour quelque chose, les mecs c’est vachement plus terre à terre, mais je crois surtout qu’il a la trouille, la trouille de remettre ça, la peur de ne pas tenir le choc, de ne pas être à la hauteur.

Le doudou de la persuasion poke Cécile Lamèresi

Alors je m’auto-flagelle un peu en me disant que je n’ai pas le droit de le faire plier, lui, à mon désir, que finalement, vouloir cet enfant, c’est être super égoïste… mais dans le fond, en relisant mes premières lignes j’ai l’impression que de ne pas vouloir d’enfant c’est aussi être un peu égoïste, non?

T’as vu, même toi j’essaie de te persuader, j’suis incorrigible. *Gros spleen*