Depuis que je suis maman (sans me lancer des fleurs hein), je m’épate. Mais vraiment, j’en reviens pas! C’est vrai, avoir envie d’un enfant ça vous prend comme ça, devenir mère c’est autre chose. Malgré l’attente et l’envie irrépressible de tenir un petit bout de moi dans mes bras, pendant toute ma grossesse j’ai douté sur mes capacités à pouvoir gérer le quotidien de notre petite famille.

Et puis voilà, il y a encore beaucoup de ratés mais plus j’avance et mieux j’me débrouille. Tu dois bien te foutre de moi derrière ton écran mais j’ai vraiment l’impression d’être devenue adulte en devenant maman. Parce que faire tourner la casa, s’occuper de mon bébé (alias la Chouquette) et de mon grand bébé (alias l’Homme) je ne me doutais pas que ça demanderait autant de sacrifices d’organisation.

Tu vois, là, c’est la deuxième fois qu’on part en vacances cette année (truc de foufou qui ne se produit qu’une fois tous les mille ans, en même temps que le passage d’une vieille comète qui foutait la trouille à nos ancêtres) et les courses, les bagages, la logistique, j’ai super bien géré. L’Homme n’en a pas cru ses yeux!

Quand nous n’étions que deux, on partait un peu comme ça, à la one again a bistoufly, avec un sac, nos économies et on ne se souciait pas trop de ce qu’on ferait le lendemain, où on irait manger, de notre heure d’arrivée. Ma devise c’était plutôt « t’es une fille et t’as pas de shampooing non mais allo! » « si on oublie un truc c’est pas grave on rachètera. » Sauf que maintenant avec la monstresse, point d’improvisation possible sur le contenu de la valise. Bon, tu me diras qu’une fois que t’as les couches et le doudou, tu peux tout affronter, mais pour passer de vrais moments de détente et pas de vrais moments à faire la queue au supermarché il faut penser à tout, checker, lister, anticiper plusieurs jours avant le départ (et pas 20 minutes avant).

Cette fois-ci, nous sommes arrivés un dimanche, sans stress, dans une sympathique résidence… le frigo était vide bien sûr mais j’avais prévu le repas du dimanche soir, les gouters et les petits dej’. Lundi on aurait tout le temps de trouver une épicerie dans le coin pour faire quelques emplettes. Alors oui la voiture est un peu chargée mais une fois installés dans notre petit chez nous c’est que du bonheur, on se repose de la longue route, on profite de la piscine, on se détend! C’est les vacances oui ou non?!!!

Voilà j’ai 30 piges, un grand gamin de 34 ans, une nenette de 2 ans et je viens tout juste de piger que pour profiter de vacances zen il fallait se stresser un minimum la vie « avant ». Serais-je donc devenu une adulte responsable? Serais-je devenue reloue et chiante? Emprunterais-je un chemin glissant et sans retour?

Avant je t’aurai dit; « jamais de la vie, plutôt crever! » Maintenant je te répondrai calmement « si c’est le prix à payer pour passer des nuits sereines, profiter de nos rares journées en famille, loin des cacas tracas quotidiens et ne pas exploser le découvert du compte joint, alors oui… ».

…Oui je suis un peu devenue ma mère…

Un gros big up à mes soeurs de post it, de check lists et de « j’prends ça on ne sait jamais ». Je suis des vôtres, acceptez moi parmi vous, mais avec mes strings, ma follasse atitioude et mon eye liner parce que devenir bobonne j’veux bien mais ne plus être bonne y’a pas moyen!