Quand tu bosses, parmi tes collègues, il y en a toujours un qui est un peu chelou… tu vois duquel je parle? Immanquablement, cette personne va faire en sorte que tout ce qui pourrait tourner au poil merdera comme c’est pas permis.

Une collègue comme ça j’en ai une, on ne dira pas de choses méchantes sur elle parce que je n’ai pas le droit, parce c’est pas yentil yentil du tout (et que ça peut me valoir des ennuis) mais on dira qu’elle est « spéciale ». Par « spéciale » tu entendras que je ne peux pas l’encadrer et qu’on s’adresse la parole uniquement pour le boulot (et que je m’arrange toujours pour ne pas avoir à le faire, mais quand il faut, il faut).

Cette collègue un peu « spéciale » elle a pourtant tous les atouts pour être une bonne collègue bien banale, mais non, elle préfère exceller dans sa « spécialité ». Et disons qu’au bureau, elle fait l’unanimité.

Hier il s’est passé un truc bien marrant mais qui aurait pu être grave. Hier donc, je vois mon yentil collègue du haut venir vite dans notre bureau pour pécho l’appareil photo du service (ouai c’est la « sse-cla » on a un apparail photo numérique mais pas de budget stylos…bref…) et il nous dit d’un air goguenard « pff ffff ffff (il se marre comme une baleine donc) faut venir voir en haut! ». Moi et mes acolytes on lui dégaine notre regard méga sceptique, mais comme j’suis du genre à biatcher quand y’a matière, je décide d’y aller.
 

A l’étage je vois un petit troupeau de collègues agglutinés près de la baie vitrée, en train de se bidonner et de prendre des photos. J’entends juste un « mais elle a pas mis son frein à main ou quoi? ». Je m’approche et je te l’donne en mille, c’était la voiture de la collègue « so special » qui était au coeur du débat: la « so special mobile » avait traversé la route pour s’échouer sur le trottoir d’en face.

Moi avec mon air incrédule : « mais quelqu’un lui a dit? » Réponse: « Heu…non! » Du coup, comme j’suis pas qu’une connasse sans coeur, j’ai descendu les escaliers quatre à quatre pour la prévenir. Et eux, là haut, ils continuaient de prendre des photos (revis tes années collèges au taf).

Après, j’avoue, j’ai bien puter et j’ai pu me taper ma petite tranche de rire… mais seulement une fois que tout était rentré dans l’ordre. Parce que je suis un peu comme ça moi, quand la situation craint du boudin j’ai un peu de mal à me moquer.

Bref, maintenant que tout est bien qui finit bien, tout ce que je me dis c’est qu’elle a quand même le cul bordé de nouilles celle là! Parce « petitin » sa voiture n’a rien, « petideu » elle n’a abimé aucune autre voiture garée à proximité et « petitroi » elle n’a déclenché aucun accident (c’est pas comme si on bossait au milieu d’une zone industrielle ou il passe des camions par centaines et des petits chats à toute blinde). Toi, la personne lambda, la fille sympa, si un truc comme ça t’arrive, tu peux être sûre que ta voiture tu la retrouveras en plusieurs morceaux ou au contraire bien compactée.

Comme quoi la chance elle choisit bizarrement ses abonnés…
Ce monde est formidable!