Dans un coin de ma cuisine est repliée une chaise haute. Elle est vraiment top! Elle ne prend pas de place, elle se déplie et se replie facilement, elle est vraiment pratique.
Dans un coin de ma cuisine est repliée une chaise haute qui prend la poussière. Chouquette dans ses petits moments de régression me demande « maman, moi je veux ma chaise! ». Je lui réponds inlassablement que maintenant elle ne rentre plus dedans, que c’est une grande fille de trois ans, que c’est pour les bébés et pas pour les enfants.
Dans un coin de ma cuisine est repliée une chaise haute dont je ne sais que faire. Je ne lui trouve pas de place ailleurs. Derrière la porte, elle est bien. Elle ne dérange personne, elle fait complètement partie du décor. On ne la voit plus, je ne la vois presque plus.

Dans un coin de ma cuisine est repliée une chaise haute et pourtant je ne saurais la voir autre part. J’ai simplement envie qu’elle reste là. Elle me rassure. Elle me renvoie à une époque révolue et pourtant si proche. La mettre au garage me briserait le coeur, et de toute façon il n’y a plus de place dans les placards.

Dans un coin de ma cuisine est repliée une chaise haute parce que finalement on ne sait jamais. Un jour peut être. Avec des si. Sur un malentendu. Au cas où. Pourquoi pas?

Dans un coin de ma cuisine est repliée une chaise haute et je me cherche des fausses excuses pour ne pas la ranger ou ne pas la donner. Pourquoi la ranger si c’est pour un jour prochain la déballer? Parce que je le sais, quand l’univers aura fini de comploter, peut être qu’il nous enverra un autre bébé.