Cette journée elle commençait pas trop mal… bon j’étais à la bourre comme tous les matins mais ça c’est le cas même lors des jours de méga win.

Y’avait quand même cette machine de draps que j’ai sorti encore trempée du sèche linge, parce que cette connasse de housse de couette avait encore bouffé les draps et les taies d’oreiller… bref c’est pas grave j’ai tout étendu en travers du salon façon tente berbère.

Non, ça a vraiment commencé à se gâter le midi en fait, enfin plutôt à la fin de ma pause déjeuner, quand j’ai pris la sage décision des sortir le sac poubelle qui commençait sérieusement à dégueuler… J’étais prête à partir, je prend le sac par les anses, je fais deux ou trois pas et crac! tout s’éclate par terre, sur le carrelage de la cuisine. C’est dégueu, tout poisseux, les effluves des couches atomiques jetées la veille commencent à refouler sévère mais surtout j’ai pas que ça à foutre bordel! j’suis encore à la bourre! Bon allez je prends un autre sac, je ramasse, je nettoie et zou je m’en vais.

Et puis ça a sérieusement commencé à craindre à la sortie du boulot… Tu vois y’a une nouvelle enseigne qui vient d’ouvrir un drive pas très loin de mon taf, du coup j’ai passé ma première commande en me disant que si tout se passait nickel je serai à l’heure pour récupérer la chouquette chez la nounou. « Retrait en moins de 5 minutes » qu’ils disent (tu sens le truc venir là). Donc sous une pluie diluvienne, me voilà en route pour le drive, je tapote mon numéro de commande et le petit écran m’indique de me garer à la place n°5 (celle qui ne porte pas bonheur donc). Après 5 minutes d’attente (oui elles sont déjà écoulées), un p’tit bonhomme vient me voir: « Bonjour madame, vous avez confirmer votre numéro de commande sur l’écran? » « Euh oui, à moins que je n’ai oublié de valider un truc… » Nous voilà donc parti sous la pluie battante pour retaper le numéro: la machine ne le connait plus, forcément elle l’a déjà validé… Bref lui n’a rien sur son écran de contrôle et je sens que ça commence à quicher sévère ces fameuses courses rapides.

Je lui montre donc mon bon de retrait que j’ai imprimé mais qui dégouline un peu sous la flotte, le sms de confirmation et puis le mail aussi vu que je suis trop une maman au top de la geekitude avec mon smartphone. Le monsieur est tout désappointé et repart à la recherche des mes rouleaux de PQ perdus… Bon c’est pas le tout mais super nounou va trouver le temps long, donc je lui passe un coup de fil pour lui raconter ma mésaventure et pour qu’elle m’excuse pour le retard (elle commence à avoir l’habitude de mes péripéties de la loose super nounou). De nouveau 5 bonnes minutes plus tard, le petit monsieur réapparait en me disant qu’ils n’ont rien, qu’il ne comprend pas, que je suis la première personne à qui ça arrive mais que je ne dois pas m’inquiéter car mon compte ne sera pas débité (tu la vois la fumée sortir de mes oreilles?). « Dites à quelle heure vous avez passé votre commande? » « Ben entre midi et deux pourquoi? » « Ah bah voilà, il y a eu un bug national sur le site de courses en ligne à ce moment là… ça doit venir de ça ».

Te rends-tu compte? Cette grande enseigne de la distribution a connu un méga bug intergalactique et c’est tombé pile au moment ou je cliquais sur « valider ». Ouh là! j’suis une poissarde du caddie virtuelle, je ne sais pas si je vais m’en remettre.

Réalisée sans trucages

Donc là un peu énervée, trempée et congelée je dis au monsieur que ses excuses elles sont bien belles mais que moi j’ai perdu du temps, de la bonne humeur et un peu plus de crédibilité au yeux de super nounou dans cette histoire et que je me taperai bien un vin chaud et des nouilles sous cette merveilleuse tonnelle qui n’abrite pas grand chose mais que là j’suis pressée bordel!.

Je remonte dans ma voiture, les essuies glaces n’essuient pas assez vite tellement ça tombe (mais c’est quoi ce temps d’apocalypse…ah oui J-4 c’est vrai!). Un connard me grille la priorité au rond point normal… j’aimerai bien arriver entière à la maison en fait.

Arrivée chez super nounou mon téléphone sonne: « Oui rebonjour c’est le drive, je vais annuler votre numéro de commande hein! comme ça il n’y aura plus de problèmes et excusez nous, et excusez nous encore un peu » « Oui, ok, c’est bien , merci » (mais lâche moi la grappe toi oh!)

Bref j’arrive avec ma tête de folle pour récupérer ma chouquette qui a passé une excellente journée à faire d’énooormes siestes (là aussi tu le sens venir…)

La journée se finira par un peu de lait renversé sur le sol de la cuisine (encore), un lave vaisselle qui déconne grave et ne veut plus finir ses cycles de lavage et une petite engueulade pour décharger un peu de toute cette tension accumulée.

Mais une vraie journée de la loose ne serait pas aussi loosesque si elle n’étaient pas suivie par une bonne nuit pourrie. Oui parce qu’il y en a une qui à 4h du matin a décidé qu’elle n’était plus du tout fatiguée. Argh!