Avec ma chouquette les jours se suivent mais ne se ressemblent presque pas. Chaque jour elle progresse,  elle nous montre de nouvelles choses qui nous font au choix: rire, fondre, peur ou mal (oui la délicatesse c’est pas son truc).

Alors pour ne pas être les seuls à gagatiser devant tant de mignonitude, je vais partager avec toi tous ces p’tits moments qui remplissent nos vies et pour lesquels on serait prêts à payer une place au premier rang.

Je ris:
-quand elle se met devant la glace et qu’elle se regarde danser, crier, dessiner…
-quand elle appelle son papa le matin « papa pé caca! » (mouahahaha!)
-quand elle danse en remuant son mini cul de gauche à droite
-quand elle prononce la dernière syllabe du refrain de sa chanson préféré « éééééé! »
-quand elle m’imite alors que je suis en train de la rouspéter « non non non atton! »
-quand elle me fait des tirades dans une langue encore inconnue (quoique
ça ressemblerai presque à du portugais) avec un air des plus sérieux
-quand elle tape sur la porte du bureau en scandant « poupi! poupi! » parce que
j’ai eu la bonne idée de lui montrer qu’on pouvait mater le replay de
t’choupi sur le pc

Je fonds:
-quand elle cherche son doudou partout dans la maison en appelant « doudouuuuu! »
-quand elle veut boire, qu’elle me tend son gobelet et qu’elle me demande « aticou maman »
-quand elle coure vers nous à grand renfort de « papaaaa! » ou de « mamaaaan! » et que ça se finit en big calin de 2 seconde et demi
-quand elle retrouve son doudou et qu’elle se fait un big snif de son odeur kipu
-quand elle essaie de m’imiter alors que je lui envoie des bisous depuis
l’entrebâillement de la porte pour lui souhaiter bonne nuit et qu’elle se tape le front ou l’oeil
avec le plat de la main
-quand elle apparait au coin la porte, qu’elle penche la tête sur le côté pour nous sortir un « coucou! »
-quand elle me tend le téléphone en me réclamant « papi »
-quand chaque objet se transforme en téléphone et qu’elle sort d’un ton très assuré « awo? oui?! »

Les grosses peluches ont droit à des big calins de plus de 2 seconde et demi, elles!

J’ai peur:
-quand elle devrait déjà dormir et qu’elle dit « aïe aïe aïe » pour qu’on accoure et qu’en fait elle nous accueille avec un p’tit rire coquin
-quand j’entends un gros boum et quand je l’entends dire « bam »…tout va bien
-quand je la vois commencer à courir, que je prévisualise le moment ou les deux pieds vont se mélanger et que ça se finit immanquablement en gadin
-quand la quinte de toux est trop forte, que j’ai un chouette top tout blanc et que je sais qu’on arrivera jamais à temps au lavabo
-quand elle prend des virages encore un peu approximatif et qu’elle rase le coin de la table
-quand elle tire très fort sur la belle étoile et que le sapin penche sérieusement
-quand je la retrouve assise sur le canapé, seule… et qu’elle me dégaine son plus beau sourire (elle grimpe super vite)

J’ai mal:
-quand elle s’endort entre nous en cas de nuit pourrie et
qu’elle me met des coups de boules parce qu’elle veut être au plus près
de ma tête
-quand elle veut jouer à « cékossa? » alors qu’il est 3 heures du mat’
et que ce lapin est toujours un lapin pour la cinquième fois et que mes yeux piquent
-quand je veux compter ses quenottes et qu’elle prend mes doigts pour des knackis balls
-quand elle veut explorer mon visage et qu’elle me griffe le nez, la bouche, les joues, le coin des yeux (barrer la mention inutile, plusieurs choix possibles)
-quand elle veut faire belle sa maman et qu’elle veut me coiffer avec son mini peigne…aïe…

Voilà aujourd’hui la vie avec ma chouquette, elle est comme ça. Nous sommes ses premiers fans et je n’ai pas de mal à lui prédire un grand avenir d’actrice… mais pour que tu ne restes pas sur cette note qui sent un peu trop la guimauve au goût de ce blog, dans le prochain post, je te parlerai de son côté obscur et de nos grosses marrades du moment (t’auras saisi l’ironie).