J’aime ma cambrousse, je l’adore même! J’y suis née, j’y ai grandit, j’y fait pousser ma petite famille…bref ma cambrousse est vitale! MAIS (parce qu’il y a toujours un mais) la campagne c’est pas le monde de Oui-Oui. Non je ne fais pas de généralité, je suis moi même une cambrousarde et il faut admettre que le regard des gens est parfois bien pesant quand on s’essaie à sortir des sentiers battus. En plus chez moi y’a pas de Zara, ni de boutiques M.A.C. et ça c’est juste la torture!

Je suis une adepte de la poussette, la poussette c’est mon dada, j’adore! Elle est dans mon coffre, elle ne me quitte pas et se tient toujours prête pour une longue promenade, du shopping ou une sortie imprévue. Mais il faut avouer qu’une poussette ça ne se faufile pas partout, que pour acheter une baguette, faire un saut à la pharmacie ou faire des coursinettes (copyright ma Lulu adorée) j’ai grave la flemme d’ouvrir le coffre, de la déplier et de refaire le manège inverse. Du coup j’ai opté pour l’écharpe « S.O.S » qui ne demande pas un master de nouage et de portage pour être utilisée, j’ai nommé: la sling. C’est un modèle d’écharpe avec deux anneaux qui permettent le maintien et le serrage du tissu pour porter ton petitoi sur la hanche en général. Et la mienne c’est celle-là. Elle est pratique, elle est jolie, elle est solide et confortable (autant qu’une sling peut l’être vu que c’est un portage sur une épaule), enfin bref je l’aime beaucoup et je m’en sers assez souvent.

Maintenant je te plante le décor: nous sommes dimanche matin, j’ai mal fait mon calcul en faisant les courses cette semaine et ma bébé n’a plus de yaourts… Heureusement dans ma cambrousse, pour les mamans étourdies, il y a une supérette ouverte le dimanche matin (oui je sais c’est pas bien de faire ses courses le dimanche mais avoue que ça peut être utile). Je me pointe donc au magasin, le parking est plein…(mouai y’a pas que des mamans tête en l’air apparemment)…j’enfile l’écharpe, j’installe ma poulette et c’est parti pour la mission yaourts.

Et là toutes les personnes que je croise se retournent systématiquement, les regards sont assez insistants et je me sens dévisagée. Il y a des regards sympathiques, amis, admiratifs, ceux là je les prends avec plaisir et ça remplit mon petit coeur de maman d’une sorte de fierté riquiqui mais savoureuse (genre je suis trop une super mummy qui assure grave à l’Inter). Mais il y a d’autres regards, plus nombreux, qui au mieux se veulent compatissants, ou qui au pire jugent et expriment une incompréhension totale. Je ressens alors une certaine gêne et puis surtout un sentiment de révolte…Youhouuuu les mecs! c’est pas nouveau l’écharpe, sortez de chez vous un peu!…Non elle n’est pas mal installée, non je ne lui fais pas mal, non madame la caissière je peux me servir de mes deux mains pour vous trouver 12 centimes dans mon fichu porte monnaie planqué au fond de mon magnifique (bordel organisé) sac à main. Bref tu vois le délire…

Au début je ne faisais pas trop attention à tous ces yeux qui se tournaient vers nous, ça me faisait même sourire (c’est nous qu’on fait l’animation, happy face!) mais je t’avoue que plus ça va et plus ça m’agace. Alors je veux bien excuser la méconnaissance de ces personnes, c’est vrai, tout le monde n’est pas branché puériculture…soit…mais j’ai vraiment du mal à accepter le jugement sur ma façon de porter ma bébé alors que l’écharpe est un outil qui s’est vraiment démocratisé. Moi je n’ai pas l’âme d’une pionnière, bien au contraire, mais tout ce qui peut me rendre la vie facile, je prends! Je ne sais pas si l’écharpe renvoie de moi l’image d’une maman tendance, bobo-écolo, hippie, pro-maternage ou idiote et complètement irresponsable et je m’en fiche! Je ne vais pas commencer à m’époumoner pour expliquer aux personnes dubitatives pourquoi je porte ma bébé comme ça, surtout que je ne suis pas du tout une pro du portage en écharpe et que j’aurai l’impression de défendre un truc aussi banal que les bibs à température ambiante (une hérésie pour ma grand mère) ou l’utilisation du liniment (qui à mon grand étonnement n’est pas super connu non plus).

Voilà, ça ne vaut pas la peine qu’on s’en indigne mais je reste étonnée du regard que les autres peuvent porter sur la façon dont nous élevons nos enfants. Je ne vais pas en faire un cake (ou un fromage c’est comme tu veux) mais j’avais envie de partager ce ressenti. J’espère juste bientôt croiser à Inter d’autre « mamans à écharpe » histoire de partager cette nouvelle popularité.