Tu as surement entendu parler de la sortie de la version française de Fifty Shades of Grey. Personnellement je ne l’ai pas lu mais tout se tapage autour de ce roman me laisse quelque peu dubitative. Ouai du « porno pour maman » qu’ils appellent ça aux Etats Unis. Alors on se dit waouh! révolution! on admet enfin que les mamans ont une vie sexuelle et que oui elles peuvent avoir des fantasmes, des envies, quelques onces de perversion… qu’elles lisent des trucs cochons, que ce sont des femmes quoi!
Oui tu peux même avoir le pendentif assorti!

Moi j’dis que pour en arriver à débiter des conneries pareilles c’est qu’on a fait un sacré bond en arrière. Déjà il faut se mettre dans la peau du bon américain moyen et puritain qui parle de « mommy porn » et là tu t’aperçois tout de suite qu’il sera loin d’être porno ce fichu bouquin. Alors si tu veux tout savoir, oui, il parait qu’il y a du détail croustillant mais que ça n’a rien de transcendant. Nos mamans elles en lisaient déjà des livres qui leur faisaient rosir les joues. Moi je pensais que ce genre de choses n’étaient plus tabous au point de faire de la sortie d’un roman « coquin » un évènement mondial!
Comme quoi les marketeux arrivent encore à nous faire complexer, nous les mamans, nous les ménagères… En plus d’avoir à décrocher un boulot hypra intéressant (et mal payé), de savoir préparer un diner gastronomique pour 15 personnes en moins de deux heures (merci Masterchef), d’avoir une maison nickel ( grâce à Danielle et Béa) de s’occuper de sa demi douzaine de merveilleux enfants tous polis et propres sur eux (where is Super nanny?) il faut que la femme idéale soit hot à l’intérieur mais que ça ne se voit pas à l’extérieur…
Bref toi la ménagère, t’as le droit de t’émoustiller en lisant un roman cul-cul la praline pendant que ton mari ira se taper la quiche, une bière dans la main tout en se matant Youporn. Voilà moi je dis MERDE aux clichés, notre vie sexuelle de FEMME on la mène comme on veut!… A l’aire des love-shop qui fleurissent à tous les coins de rue on veut encore nous faire croire que les DH se contentent de si peu…
Du coup, fais gaffe, si tu te promènes avec Fifty Shades of Grey dans ton sac à bordel main t’es pas à l’abri de te faire « slut-shamer ».