Un concours de circonstances, un tapis de bain qu’il a fallu enlever, des jouets de bain qu’il a fallu rincer et zouip, bim, bam… la Chouquette est tombée la tête la première dans la baignoire. Je ne te ferai pas de dessin sur ce qui s’est passé pour qu’on en arrive là, je te dirai juste que ça ne sentait pas la rose et qu’il ne s’agissait pas de paillettes.

Bref … il y a eu des pleurs, un peu, plus des pleurs de peur que de douleur (je commence à maitriser le sujet des chouinouilles). Après la récupération du bébé et le gros câlin qui réconforte (et qui trempe tes fringues en même temps mais on s’en fout) il y a eu la petite question de contrôle:

-T’as mal quelque part mon p’tit chat?
-Ah grenouille a mal!
-…???…

Bon la grenouille est un jouet de bain en plastique, je me suis donc raisonnablement dit qu’elle n’avait pas trop souffert de la chute chouquetto-baignoiresque. Sur la table à langer j’ai scruté ma p’tite princesse qui ne pète pas de paillettes sous toutes les coutures, pas de bleus, pas de bosses, pas de rougeurs à l’horizon… ouf plus de peur que de mal.

J’avoue que jusqu’ici on a plutôt eu le cul cordé de nouille avec la Chouquette, elle s’est pris des gadins tout plein mais il n’y a jamais eu plus grave qu’une micro égratignure, un gros bleu ou une petite bosse. L’arnica en granule et en gel sont ses meilleurs potes et à vrai dire ça a toujours très bien fonctionner entre eux. Bref on a déjà eu des grosses trouilles, des haaaaaan!, des mains devant les yeux, des grimaces qui présageaient le pire… mais je touche du bois ikea, ça en est toujours resté là.

Et puis, en lui enfilant son pyjama (sa grosse tête reste toujours coincée dans le col) elle a piqué un p’tit fou rire, et là il y avait comme un truc qui manquait, comme un truc qui clochait: un petit bout de dent en moins! Et ma petite princesse qui ne pète pas des paillettes s’est transformée en petit pirate au sourire amoché.

Ma première réaction a été « OMFG! (en plus français et en moins poli) Boubou!!! Elle s’est pétée la dent! Il lui manque un bout de dent, haaaaa! T’as mal ma chérie? Et quand je touche là, t’as mal? » Bon clairement la Chouquette se foutait royalement de mes questions, elle, elle voulait encore des « p’tits pois » aka des granules d’arnica. Quand je soulevais sa lèvre elle rigolait… Pas de saignement, pas de douleur, je me suis assez vite raisonnée et puis…

Et puis si c’était plus grave, et si sa dent définitive était touchée, et si ce « zouip, bim, bam » n’était pas si anodin et anéantissait toutes ces chances de devenir mini-miss univers à la prochaine foire au boudin de Patafouin City? Grosse peunaïque dans ma tête et dans celle de l’Homme.

Yeaaaaaah!

Le lendemain matin, à la première heure, je téléphone à mon dentiste et sa gentille assistante me rassure de suite. Elle me dit qu’à à peine 2 ans, les dents définitives sont trop loin pour être touchées et qu’il n’y a pas grand chose à faire, on doit juste surveiller qu’il ne se forme pas un petit abscès ou que la dent ne change pas de couleur (ce qui voudrait dire en gros qu’elle serait dead et que ça ne serait plus un sourire de pirate qu’elle aurait mais un sourire à la Jacquouille… oh malheur, elle n’arriverait même pas 3 ème dauphine).

Bon voilà, le mal est fait, quand on est parent on apprend vite qu’on ne peut pas tout contrôler, qu’on ne peut pas tout voir et tout surveiller et que ces fucking baignoires, sans tapis, sont vachement glissantes. Maintenant on n’a plus qu’à s’habituer à son nouveau sourire, à cette nouvelle coquetterie qui accentue encore un peu plus son air de canaille…finalement ça lui va presque bien.

Allez, je te laisse, j’ai une tiare en carton et une écharpe en pq à faire pour ma p’tite pirate-princesse-reinette de beauté de mon coeur.