Il y a des petits plaisirs pour les
uns, incompréhensibles pour les autres. Ces petites choses qui
pourraient nous faire paraitre fous aux yeux du monde et qui font de
nous des personnes entières.
Pourtant
bien entourée, je suis une fille assez solitaire. J’aime avoir des
moments à moi. Me retrouver seule, faire des choses que je starkiffe en
ne les partageant avec personne. Ce petit côté Amélie Poulain je
l’assume pleinement, mais contrairement à mademoiselle coupe au bol, je
ne fais pas qu’observer la vie, je la vis aussi.
C’est
comme ça qu’on me regarde avec des yeux ahuris quand je dis que j’aime
manger seule au resto et particulièrement manger des sushis derrière la
vitrine… là où le soleil tape, là où je regarde les gens qui passent,
là où j’écoute l’air de rien les conversations de mes voisins. Et pour
les idées qui viendraient par surprise, j’ai toujours mon smartphone, un
petit calepin et un stylo à portée de main. Sushis, soleil et rêverie,
voilà le combo parfait pour une pause de midi.

Le
must pour moi, c’est de faire les boutiques seule. Même si je partage
toujours mes petites trouvailles avec les copines: seule mais toujours
connectée… C’est une petite liberté de se contenter de soi même.
Pourtant quand j’en parle, je lis dans le regard des autres le reflet de
la bizarrerie. J’ai l’impression d’être un petit ovni. 
Et j’ai toujours été comme ça. Dans la liste de mes défauts, on place souvent entre « têtue » et « impatiente »: « dans son monde ». 
Oui
je suis un peu trop dans mon monde. J’oublie les dates d’anniversaire,
les heures de mes rendez vous, la liste de mes courses. Je vais vers mon
essentiel, je me concentre sur le principal et j’oublie souvent le
superflu (et de payer la facture de la cantine #oups ).

Et
moi qui n’a jamais été vraiment sportive, je viens de me découvrir une
nouvelle passion: je cours. Je cours seule, les écouteurs dans les
oreilles, le vent dans les cheveux, j’écoute mon souffle et je me repose
l’esprit pendant que je fatigue mon corps. Oublier les soucis, se
sentir en vie, je n’y vois que du positif alors que je n’aurai pas
parier un kopeck sur mon endurance, à moi, la reine du canapé et des
séries B.

Tout le monde ne comprend pas et je le
conçois. J’ai surement la tête trop remplie de tout et de n’importe
quoi. Pourtant j’aime m’arrêter pour regarder le monde qui m’entoure, me
dire j’en fais partie, même depuis mon petit perchoir, même si je n’ai
pas envie de partager tous mes moments avec des milliers d’amis.

Bon et puis tout le monde sait que je ne suis pas vraiment seule dans ma tête.
Ma folie est surement ma meilleure ennemie.