Il est des objets qui ont une vie plus ou moins enviable. Moi, par exemple, je n’aimerai vraiment pas me réincarner dans une chaussette de Chouquette… Pourquoi?

Petitin: Parce que ma monstresse a le pied pouate et le pied pouate de bébé ça a plus le fumet de la boulette d’Avesnes (amateurs de fromage bienvenue sur mon blog girly et glamour) que le doux parfum de l’hydrolat de jasmin.

Petideu: Parce qu’avec Chouquette, l’expression « se faire jeter comme une vieille chaussette » prend tout son sens. Elle est incapable de garder ses chaussettes aux pieds plus de cinq minutes consécutives. C’est un bébé des cavernes, elle préfère rester pieds nus même sur le carrelage gelé (brrrrrrr).

Petitroua: Parce que, qui dit chaussettes de petits, dit chaussettes minuscules. La machine à laver (alias Gertrude) qui adore déjà faire son quatre heures avec les chaussettes de l’Homme, ne se laisse pas prier pour dévorer ses petits amuse bouches roses, à petits coeur.

Peticatre: Parce que quand elles restent enfin sur ses pieds, les chaussettes de la miss finissent au choix: toutes crados (parce que ça va tellement plus vite de sortir dehors sans mettre de chaussures) ou trempées (parce que c’est beaucoup plus rigolo de sauter dans les flaques d’eau quand on n’a des petites chaussures mimis plutôt que des bottes de pluie).

Peticinq: Parce que ma petite fille est à fond pour le développement durable et que, quand elle enlève inlassablement ses chaussettes, et qu’elle ne les glisse pas sous son lit, sous notre lit, sous le canapé (ne rayez pas la mention inutile), elle les range dans le tiroir! Le tiroir de la commode, le pays magique ou les chaussettes sales et les chaussettes propres vivent en harmonie! La paniette à linge sale c’est so 2012 mes chéris!

Bref, la vie d’une mini chaussette c’est pas vraiment la fête!